Aller au delà du zéro déchet

Ça fait maintenant des années que j’ai commencé ma démarche vers les zéro déchet. Comme je vous le disais dans mon article précédent (ici)  ; je crois que mon plus gros pas aura été de passer aux couches lavables après la naissance de Lino. Le reste est venu s’installer naturellement au fil du temps. Je pense que lorsqu’on se lance dans cette démarche, le plus important est de ne pas bruler les étapes: ne pas vouloir passer du tout au tout du jour au lendemain. Je pense que c’est important de faire les choses par étapes, de commencer par ce qui nous semble le plus facile de changer et de ne passer à une autre étape que lorsque la précédente est devenue une évidence …

Bref le zéro déchet, je pourrai en parler pendant des heures, je suis tellement convaincue que c’est LA solution sine qua non que j’ai maintenant un peu de mal à comprendre ceux qui continuent à ne jurer que pour le jetable!

Cette crise sanitaire va d’ailleurs avoir des conséquences catastrophiques à cause de tous les produits jetables que nous avons utilisé … ou peut être plutôt à cause  des personnes qui pensent pouvoir jeter n’importe où leur masque ou autre … Rien que d’en parler, ça m’énerve alors je vais passer à autre chose!

Dans notre village, nous n’avons pas de ramassage des ordures. C’est une chose à laquelle nous n’étions pas du tout mais pas du tout habitué! Dans notre ancien village, chaque maison détenait une benne verte et une jaune et le ramassage se faisait 2 fois par semaine. Autant vous dire que même si on avait déjà commencé notre démarche, c’était quand même hyper facile de jeter sans s’en rendre compte! En arrivant ici, le fait de devoir aller jeter son sac poubelle au village, nous a encouragé à faire des efforts un peu plus chaque jour dans la démarche zéro déchet.  Alors on est encore loin de ceux qui se contentent d’un bocal le parfait comme unique poubelle pour l’année … mais nous faisons de moins en moins  de voyage au village pour aller jeter les ordures et ça c’était déjà pas mal!

Je crois que la démarche zéro déchet va de pair avec le bio et j’avoue que jusqu’à ce confinement j’avais l’habitude de regarder la provenance de nos produits mais j’étais intransigeante qu’en ce qui concernait les produits frais et notamment les fruits et légumes : je n’achetais que du Français. Je regardais la provenance du reste mais je ne m’interdisais pas grand chose … On avait décidé d’arrêter de consommer des bananes, des noix de cajou et des avocats suite à des reportages sur l’aberration de la culture et des énormes trajets qu’ils font avant d’arriver dans nos assiettes … mais au delà de ça, je continuais à boire mon café tous les jours, à manger mes carrés de chocolat noir à tous les repas …

Avec cette crise mondiale, j’ai vraiment revu ma façon de penser : cette pénurie sur les masques, les vêtements de protection des soignants … et même des médicaments m’a fait me poser pas mal de questions et notamment celle de notre réel besoin de consommer des produits importés de l’autre bout de la planète! Je parle beaucoup des vêtements fabriqués en Asie mais si vous regardez de plus près la provenance des aliments, ce n’est pas mieux!

Alors voilà, j’ai décidé d’aller plus loin dans ma démarche envers l’environnement: me passer de plus en plus des aliments venant de loin.

« Loin »  … je crois que c’est à l’appréciation de chacune mais de mon côté j’aimerai consommer exclusivement Français mais je vais peut être un peu déborder sur les pays d’Europe limitrophes.

Alors je cherche, j’essaie de me passer de ce qui n’est pas indispensable et pour le reste, j’essaie de trouver un équivalent produit pas trop « loin »!

Jusqu’à ce confinement, je buvais tous les jours du café! J’avais déjà fait un grand pas (selon moi), il y a quelques temps déjà en arrêtant de consommer des dosettes et en me mettant au café soluble … Mais! … Mais …Quand j’ai voulu faire du tri dans mes placards, je n’ai pas pu passer à côté de celui dont j’étais une vraie addict : le café!

P1080283

Le café est essentiellement cultivé au Brésil (puis au Vietnam)  … bien au delà des limites que je me suis posée alors j’ai décidé d’arrêter! Arrêter du jour au lendemain : sans même finir le « stock » qu’il me restait à la maison car je ne veux plus en acheter. Alors, je garde ce qu’il me reste pour les copains qui n’ont pas (encore) entrepris la même démarche que moi … mais lorsque je n’en aurai plus, je n’en rachèterai plus: c’est décidé!

Mon chéri qui n’est pas un adepte du café, se sert déjà dans le jardin pour préparer ses infusions et j’avoue que j’adore l’odeur de la tisane verveine/menthe … mais le matin, au petit dej, j’ai l’impression d’avoir encore « besoin » d’un goût un peu plus relevé alors j’ai testé le Bambu (ici) (de chez A.Vogel… il faudra que je prenne le temps de vous parler plus longuement de cette marque car je découvre leurs produits et j’adore leur éthique).

P1080879

Ce Bambu qui se veut être « un savoureux substitut de café bio sans caféine » est élaboré à partir de céréales torréfiées … et même sa couleur fait penser au café: bref c’est exactement ce qui me faut!

Alors j’ai voulu en savoir plus sur l’origine des matières premières de ce produit, et j’ai été contente d’apprendre qu’ il est élaboré en Suisse. A l’aide d’ ingrédients dont voici les origines :
▪ La Chicorée provient de Belgique ou France (selon les approvisionnements).
▪ Le blé et l’orge viennent d’Allemagne.
▪ Les figues et glands viennent de Turquie (… on est d’accord c’est pas limitrophe avec la france … mais c’est déjà bien plus près que le brésil,non?)

J’avais envie de partager avec vous ma petite découverte ici … et vous? vous faites attention à l’origine de vos produits?

 

 

 

4 réflexions au sujet de « Aller au delà du zéro déchet »

  1. Nuancia

    Ton article est vraiment intéressant, je n’ai pas décroché une seule seconde. Je te rejoins sur le fait que la crise sanitaire va avoir des répercussions monstrueuses sur l’environnement : à chaque fois que je sors marcher, courir, ou autre, tu peux être sûre que je vais trouver plusieurs masques au sol sur mon chemin … J’ai tellement de mal à comprendre l’Humain. J’ai l’impression qu’il n’a rien retenu de la leçon, pourtant évidente que l’on a tous reçue en même temps. Puis on utilise que du jetable, alors que le lavable est à privilégier … Nos océans et nos terres vont tellement en payer le prix. Ça me désole.

    Pour le zéro-déchet, on y va tous un peu à notre manière, à notre rythme. On ne peut pas tout changer du jour au lendemain, mais on fait nos petits bouts de chemins, pas à pas. Je suis totalement d’accord sur l’origine des produits, c’est indéniablement quelque chose à prendre en compte aujourd’hui …

    Passe un bon dimanche 💕

    J'aime

    Répondre
  2. du bitume à la terre

    Merci pour cet article. On en est un peu au même point ici. On stagne avec notre petite poubelle 30L par mois. C’est déjà un énorme objectif atteint mais pour aller plus loin, il faut qu’on se motive davantage. Et je ne suis pas sure d’être prête à me passer de mon café matinal … ! Pourtant je crois vraiment que cette consommation du bout du monde est une aberration.

    J'aime

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s