Archives mensuelles : octobre 2018

Deuil périnatal, fausse couche et solitude

Le 15 octobre, c’était la journée internationale de sensibilisation au deuil périnatal comme je vous en ai  déjà parlé ici . Quand tu as le malheur de passer par là une fois dans ta vie, c’est tous les jours que tu y penses, que tu te demandes comment aurait été ta vie si toutes ces petites personnes avaient vu le jour … Le manque s’estompe peut être avec le temps, mais ces questions ne s’effacent pas, au contraire …

Aujourd’hui 44 jours après ma dernière fausse couche, cette amertume est encore bien présente … elle est difficile à partager, difficile à faire comprendre ce qui la rend d’autant plus mauvaise!

Il n’ y pas un jour qui ne passe sans que je me projette, sans que je me demande comment serait notre vie si ce petit coeur avait continué de battre en moi. Je regarde Lino et je me demande comment il aurait réagi face à ce ventre qui aurait grossi. Et j’ai mal quand lui même se projette lors de nos lectures, et qu’il me demande qui le gardera lorsque j’irai à l’hôpital pour accoucher … (alors que je ne lui avais pas encore parlé de cette grossesse).

Il me comble énormément, la question n’est pas de savoir si nous serions mieux à 4 … mais j’aurai tellement voulu qu’il devienne le grand frère de ce petit être qui ne verra jamais le jour …

Faire une fausse couche c’est mettre un terme net au plus beau projet de vie. Malheureusement dans notre société il est habituel d’attendre la fin des 3 premiers mois de grossesse pour partager ce plus bel événement! pourquoi? je ne sais pas? … juste pour ne pas avoir à dire la vérité en cas de malheur? pourquoi?

Pourquoi en 2018 est il encore tabou de dire que l’on a fait une fausse couche? C’est une épreuve déjà tellement difficile à vivre qu’il faut en plus se la garder pour soi … je ne comprends pas …

Quoi que, si je pense à mes 3 premières fausses couches avant Lino, j’ai peut être la réponse! Lorsque j’ai vu apparaitre pour la première fois le 2eme petit trait rose, j’ai sagement décidé d’attendre la fin du premier trimestre afin d’en parler à mes copines de l’époque. Ma mère était la seule mise dans le secret. Malheureusement, je n’ai pas eu la chance de vivre entièrement ce premier trimestre de grossesse … mais vu que j’en avais pas parlé avant, c’était compliqué de revenir dessus après … Mes amies proches étaient soit enceintes, soit en attente de grossesse, je n’avais pas envie de leur gâcher leur plaisir.

Lors de ma deuxième grossesse, je l’ai annoncé à un cercle de personnes un peu plus grand, en profitant de l’occasion pour leur expliquer ce qui m’était arrivé 3 mois avant … malheureusement cette fois non plus, je n’ai pas vécu le premier trimestre en entier. Et lorsque j’ai annoncé à ces personnes cette fausse couche, je n’ai pas eu la réaction attendue.  Je me souviens encore de ma « meilleure » amie (de l’époque) qui m’a dit :  » 2 mois de grossesse, c’est rien, l’embryon est minuscule …. ça arrive souvent! » J’étais mal, malheureuse de vivre ce deuxième deuil et mal dans ma peau de me sentir incomprise. D’autres personnes très proches n’ayant quant à elles pas trouvé d’autres mots que : « la prochaine fois sera la bonne » … entendre ces mots est horrible pour une personne qui vient de perdre le petit bébé qu’elle s’imaginait déjà en train de gazouiller.

Bref, au fur et à mesure de mes fausses couches, je me suis construit une carapace, une bulle… et je me suis éloignée d’énormément de personnes que je croyais être mes amies. J’ai certainement ma part de responsabilité dans tout ça mais leurs réactions lors de ces moments si important pour moi font que maintenant ces personnes ne me manquent pas … et que je leur en veux encore un peu …

Je trouve cela dommage, triste que ce deuil périnatal soit aussi mal compris par la société, un peu comme s’il faisait peur aux gens?  … Je ne sais pas si toutes les femmes passant par là ressentent les même sentiments, besoins que moi, mais personnellement j’ai souffert du manque d’empathie, de compréhension, d’affection … de condoléance.

 

 

Publicités

La parentalité positive pas toujours facile!

J’ai envie aujourd’hui de prendre le temps de venir discuter avec vous de la parentalité positive. Quand Lino était tout petit, je vous parlais régulièrement de mes lectures sur ce sujet qui m’ont vraiment aidé. Comme vous êtes régulièrement nombreuses à me demander des infos la dessus, j’ai voulu commencer cet article par un petit récapitulatif. Je pense que retourner lire ce que je vous écrivais à l’époque où nous avons rencontré différents « problèmes » avec lino vous apportera mes réponses concrètes du moment … avec le temps et l’évolution de Lino, j’ai un peu oublié les détails 😉 … et je vous avoue que je vais en profiter pour me replonger dans les photos de l’époque: j’adore!

  • En février 2017, Lino avait 15 mois, je vous écrivais: STOP AU NON (lien ICI) : la façon d’indiquer les choses interdites pour que le cerveau de nos petits coeurs comprenne .
  • A cette époque, j’ai enchainé sur : COMPRENDRE LES CRISES (lien ICI) …pas de caprice mais des crises de colère puis la seconde partie ICI
  • cris, tapes, pleurs … lien ICI
  • LA phase d’opposition (lien ICI)
  • Comprendre les émotions (lien ICI)
  • Apprendre à encourager (lien ICI) : Cet article m’a fait complètement changer mon vocabulaire avec Lino!
  • l’éducation positive et le regard des autres (lien ICI)

Je m’aperçois que ce dernier article (sur le regard des autres) est un joli lien pour venir vous parler de ce qui me tient à coeur aujourd’hui … Comme je vous le disais ICI  décider de choisir l’éducation positive pour son enfant, ne signifie pas avoir un enfant toujours souriant, calme, d’accord avec nos propositions et à l’écoute de tous nos conseils … au contraire même!

IMG_9656

Décider de donner une place en tant que personne à son enfant, au même niveau que celle d’un adulte n’est pas toujours facile à vivre au quotidien . Le fait de ne pas rabaisser son enfant, de le laisser s’exprimer, d’essayer de trouver les mots pour qu’il comprenne le message qu’on veut lui faire passer … sans s’énerver est parfois très très très fatiguant pour le(s) parent(s). Cette  fatigue peut même entrainer des tensions au sein d’un couple, l’un des deux parents ayant parfois envie d’assoir son autorité pour faire « obéir » son enfant ! (je déteste ce terme … j’ai l’impression qu’on parle du dressage d’un animal!).

 

Bref, même chez nous la vie n’est pas toujours rose (contrairement à ce que certaines d’entre vous pensent lorsqu’elles m’envoient des messages me disant qu’elles me trouvent géniale et qu’elles complexent!!!!)… Pourtant Lino n’est pas toujours d’accord avec nous et il sait très bien nous le montrer … alors même si pour moi la bienveillance est vraiment primordiale pour l’épanouissement d’un enfant, même si je fais tout pour faire passer mes messages de façon positive … il m’arrive parfois de perdre patience, par manque de sommeil, par fatigue … je suis un être humain comme vous, et moi aussi je craque parfois. Dernièrement, nous avons mis des plantes vertes à l’intérieur de notre maison et un copain nous a donné un petit avocatier. Je pense que le fait qu’on voit le noyau attire Lino, dès le premier jour il l’a déterré alors qu’il était avec son papa qui lui avait dit qu’il fallait le laisser en terre. Nous lui avons expliqué plusieurs fois calmement puis le lendemain, c’était plus fort que lui … il a recommencé … J’étais seule avec lui et j’ai crié! (même si ça n’a duré que 3 secondes, je m’en veux encore!). J’ai vite retrouvé mes esprits, mis des mots sur mes émotions … puis j’ai essayé de trouver une autre explication,  nous étions en plein dans le respect de l’autre (lino adore que je lui lise les règles des écoles Montessori du livre de Sylvie Desclaibes: « MONTESSORI partout et pour tous », alors j’ai sauté sur l’occasion et je lui ai dit que tous les êtres vivants avaient droit au respect, les personnes, les animaux … mais aussi les plantes et que si on coupait leurs racines, qu’elles ne pourraient plus vivre. … Je crois que le message a été compris: il n’y touche plus!

 

Choisir cette éducation n’apporte certainement pas les résultats immédiatement car nous ne sommes pas en train de créer des petits soldats, c’est certes parfois très fatiguant pour nous mais vous verrez dans quelques années les merveilleuses personnes que nos enfants seront et la merveilleuse complicité qui se sera installée sera la plus belle de nos récompenses: COURAGE !

 

L’intérêt des fiches de nomenclature

… Je vais vous avouer quelque chose: il y a plus d’un an j’allais à Lidl pour acheter leur plastifieuse dans le but de faire des fiches de nomenclature à Lino.

C’est très Montessorien et je voyais toutes mes copines sur ig notamment les utiliser avec leurs enfants … je crois m’être mise à charger des sujets correspondant aux intérêts de lino de l’époque … mais j’ai vite abandonné. Je n’avais rien trouvé de transcendant et je ne voyais pas trop l’intérêt de ces fiches vu que mon petit chat avait déjà un vocabulaire bien développé.

Puis le temps est passé, il a continué à progresser et à enrichir son vocabulaire avec des mots bien compliqué du style « excavatrice » … vous savez ce que c’est vous?? personnellement je n’en avais aucune idée avant 🙂

Les enfants sont friands de mots compliqués, de détails … et pour répondre convenablement et précisément à cette soif de pourquoi, j’ai cherché dans les livres … mais aujourd’hui je ressens le besoin de Lino d’aller plus loin.

Il est de suite devenu accro des fiches sur les engins que je lui ai préparé avant hier et aujourd’hui il m’a demandé d’en préparer sur les pompiers (ça vous étonne ?) … ce qui prouve bien que ces fiches permettent d’aller plus loin …

Il y en fait une petite précision qui me semble importante: pour un présentation Montessori, on propose au petit enfant des images classifiées (sans le nom écrit dessous) puis les fiches de nomenclatures arrivent en principe vers 3 ans, le nom correspondant à l’image est alors inscrit dessous afin d’amener l’enfant vers la lecture …

Vous êtes trééééééééés nombreuses à me demander d’ou vient mes documents, parfois même à me demander de vous les préparer contre rémunération … mais ce n’est pas du tout mon métier et surtout je n’invente rien! C’est vrai que je passe beaucoup beaucoup de temps à chercher sur internet (et les merveilles se trouvent davantage sur les blogs que sur pinterest comme je le pensais au début). Je vous partage donc avec plaisir le blog sur lequel j’ai trouvé les fiches sur les engins de Lino:

https://1maman2filles.com/wp-content/uploads/2018/01/Nomenclature_engins-simple.pdf

Comme je vous le disais tout à l’heure sur insta, je suis désolée de parfois répondre tardivement à vos questions … mais j’essaie toujours de faire de mon mieux. J’ai donc vraiment besoin de savoir si vous préférez me lire par écrit ou si vous préférez que je me mette au vidéo (vlog). merci 🙂

Le temps qui passe

Comme je vous en avais déjà parlé lors de mon article précédent la rentrée, Lino a besoin d’aide pour se repérer dans le temps.

Nous avions commencé par parler de la semaine, en lui mettant un grand tableau aimanté dans sa chambre (trouvé chez FERFLEX). Puis en notant sur notre superbe semainier des Editions Bonjour, les différents rendez vous à venir dans la semaine.

Maintenant que Lino est assez grand pour se projeter, pour comprendre que tout ce dont nous lui parlons de va pas arriver immédiatement, nous commençons à lui parler de ce que nous allons faire dans les semaines (mois) à venir: des personnes que nous allons recevoir à la maison, des voyages que nous allons faire, des fêtes que nous allons souhaiter… il était donc indispensable maintenant de pouvoir les représenter matériellement. Un calendrier simple n’est pas facile à comprendre pour un enfant, car la présentation n’est pas linéaire, il faut également souvent tourner les pages pour passer d’un mois à l’autre … et l’enfant a du mal à s’y retrouver.

C’est pourquoi la frise du temps est souvent utilisée avec les plus petits 🙂

J’en cherche une à télécharger depuis un moment et hier: j’ai enfin trouvé ce qui correspondait à mes attentes: une frise du temps simple, écrite en script, avec des dessins ludiques et attirants?

voici le lien pour la télécharger à votre tour:

https://lacatalanealamaternelle.blogspot.com/search?q=temps

Cette page est vraiment bien faite car vous trouverez une frise du temps pour chaque zone scolaire … et à la fin une frise vierge (parfaite par exemple pour les personnes en IEF) .

Nous l’avons installé dans le couloir qui mène au chambre : il est essentiel de trouver un grand espace libre pour que l’enfant puisse se rendre compte de la longueur de l’année. Dés que nous l’avons accroché, Lino m’a fait remarqué l’arbre d’automne dessiné sur la fiche du mois d’octobre … j’en ai profité pour regarder avec lui le dessin montrant l’évolution de l’arbre au fil des saisons.

Ensuite, j’ai cherché des comptines pour l’aider à apprendre les jours de la semaine. J’en ai trouvé plusieurs ici:

http://www4.ac-nancy-metz.fr/ia54-circos/ienvillers/sites/ienvillers/IMG/pdf/Comptines_temps-2.pdf

De nombreuses mamans m’ont ensuite parlé de celle sur « les petits canards » (la première de la liste). Elle me plait beaucoup car le dernier son de chaque phrase est le début du jour suivant … Alors je l’ai chantonné plusieurs fois en présence de Lino. C’est toujours plus facile de retenir en chanson je trouve! Mais comme j’ai trouvé les derniers vers un peu compliqué à retenir,  j’ai un peu modifié les paroles à partir du vendredi :

  • vendredi les canards volent comme ça,
  • samedi les canards ont bien grandit
  • dimanche c’est la fin de la semaine

COIN COIN COIN , la semaine recommence …

Pour continuer notre travail sur le temps et retranscrire matériellement cette histoire de semaine qui recommence après le dimanche, je vais lui fabriquer une roue qui montre bien que les jours s’enchainent tous les uns après les autres … vous souhaitez que je vous montre la suite de notre travail sur le temps?

RECTIFICATIF :

je viens de trouver la véritable chanson des canards et un super moyen memo technique pour se souvenir de leurs activités en semaine!!

allez vite sur ce site : la maternelle de moustache : vous trouvez plein de jolies merveilles à télécharger 🙂 :

http://www.lamaternelledemoustache.net

 

voici le lien … me tarde de le montrer à mon petit chat à son réveil de sieste 🙂

 

Apprendre à dénombrer

 

Comme promis à toutes celles qui m’ont contacté sur instagram suite à mes stories, je viens ici vous mettre les liens des activités que j’ai commencé à proposer hier à Lino.

En restant sur le thème de l’automne, j’ai trouvé 2 activités intéressantes:

  • la consigne de la première est de classer dans l’ordre du plus petit au plus grand.

IMG_9673

Voici le lien du site sur lequel je l’ai trouvé:

http://ekladata.com/RXZwoYnSUG55w6nTdfLkj8VSDrM/fiche-sur-l-automne-et-les-grandeurs-petit-moyen-grand.pdf

J’ai trouvé les dessins mignons, j’étais sure qu’ils allaient attirer Lino en cette journée pluvieuse mais, même si je n’ai pas encore assisté à la formation Montessori sur les mathématiques, je pense qu’ils vont plutôt proposer la tour rose pour faire cette exercice. La fameuse Tour Rose qui aide les enfants à discriminer les dimensions et à les classer en ordre de grandeur, cette activité prépare l’enfant aux concepts des mathématiques et développe la concentration. C’est l’activité parfaite pour développer la pensée logique tout en s’amusant… je vous en parlerai donc rapidement je pense!

Lino a une tour à la maison (elle n’est pas rose ni de couleur unie mais je pense la recouvrir d’un papier autocollant afin de lui donner comme unique fonction celle de ranger dans l’ordre).

  • la seconde est d’apprendre à dénombrer de 1 à 5 .

IMG_9674

IMG_9675

Comme je vous le disais dans ma storie d’hier, j’ai modifié le document d’origine car il n’était pas montessorien à mon goût! J’ai mis dans la petite coupelle le nombre exact de petit dessin correspondant à chaque ligne:

1  feuille, 2 arbres, 3 pommes …

J’ai également supprimé une des 2 rangées indiquant le chiffre 3 : j’ai préféré mettre une seule rangée pour chaque nombre, j’ai donc rajouté le chiffre en bas.

Enfin j’ai reclassé les chiffres dans l’ordre croissant de 1 à 6.

Voici donc la planche que j’ai proposé à Lino:

Si vous voulez faire comme moi, je vous conseille de faire les modifications (en collant de simples gommettes à la place des chiffres et en les remettant dans l’ordre) AVANT de plastifier le document : ce que j’ai oublié de faire!

Voici le lien du site où j’ai trouvé cette planche:

http://ekladata.com/O6aIYeWR5-tDUxSo6TEmmZzbUsc/AUTOMNE-NUMERATION-5.pdf

Pour celles qui me demandent de revoir ma table d’automne, cliquez ICI

Pour celles qui me demandent les liens pour les activités de pâte à modeler ainsi que la recette, cliquez ICI

Petites gourmandises pour dimanche pluvieux

IMG_9656

J’aime quand mon amoureux nous prépare de bons petits déjeuner le dimanche … et Lino aussi! Et nous y avons souvent droit !

Aujourd’hui; c’était pancakes; et toute la famille s’est régalée! Nous avons 2 recettes de pancakes: 1 « classique » avec PLV et gluten, l’autre sans. Je vous mets les 2 : Elle sont simple, vous pouvez les faire avec vos minis, pour la second il faut juste prévoir de laisser tremper les noix de cajou pendant 2 heures.

  1. recette classique: (pour 15/20 pancakes):
  • 250 g de farine,
  • 2cs sucre (facultatif: ici nous ne mettons jamais de sucre dans les pancakes et crêpes vu que nous en rajoutons dessus après 😉 ).
  • 1CC levure chimique
  • 1 pincée sel
  • 25 cl de lait
  • 60g beurre fondu
  • 3 oeufs

 

mélanger tous les ingrédients dans l’ordre et fouetter rapidement à la fin afin d’éliminer les grumeaux.

dans une poêle huilée déposer 3 tas de pâte qui vont s’étaler, retourner les pancakes quand des petites bulles se forment sur les bords.

c’est prêt !

 

  1. recette « sans », pour 20 pancakes environ :

 

  • 80g de noix de cajou (non salées),
  • 250g de farine (celle de votre choix : avec ou sans gluten ça fonctionne bien aussi).
  • 1/2 sachet de poudre à lever (toujours avec ou sans gluten selon votre choix).
  • 1 cuillère à soupe de sucre (ou de miel)
  • 1 pincée de sel
  • 2 oeufs
  • 40g beurre fondu (la prochaine fois on essaie avec une huile de coco ou tournesol :))

Réalisation du lait:  Faire tremper 80g de noix de cajou pendant 2 heures dans un bol d’eau froide. Egoutter et rincer les noix puis les mixer avec 400ml d’eau fraiche à l’aide d’un mixeur puissant pendant 2 min (avec des pauses toutes les 30 sec). La recette fonctionne peut être avec 500ml de lait de vache ou un autre lait végétal? …tenez moi au courant si vous testez!

Dans un saladier: Mélanger la farine avec la levure, le sucre et le sel.

Dans un autre saladier : Battre les oeufs et les mélanger avec 500ml de lait de noix de cajou et le beurre fondu puis verser doucement sur le mélange précédent.

faire chauffer une poêle huilée et verser 3 ou 4 louches de pâte en les espaçant pour faire plusieurs pancakes.

Cuire à feu moyen jusqu’à ce que des petits trous apparaissent à la surface. retourner et les laisser cuire encore 1 à 2 minutes de l’autre côté …

Ils seront parfaits pour un brunch avec un accompagnement salé ou sucré 🙂

Bon appetit!

Je viens de retrouver une vidéo de Lino mangeant pour la première fois ces pancakes: si vous voulez voir la vidéo: c’est par ici 

Si vous êtes plutôt d’humer à faire des crêpes: j’ai aussi une très bonne recette avec ou sans plv/ ni gluten : ICI

 

 

Activité pâte à modeler

IMG_1616

Vous avez été tellement nombreuses à me demander la recette de notre pâte à modeler maison, que j’ai décidé de vous l’écrire ici!

Je l’ai trouvé sur internet, j’ai bien respecté les proportions: de nombreuses mamans m’ont dit qu’avec leur recette la pâte était trop collante ou ne se conservait pas … ici on est à J 3: on rajoute un toute petit peu de farine chaque jour mais la pâte est menée à rude épreuve pendant des heures chaque jour et je vous avoue que même si je dois en faire une toutes les semaines, ça ne me dérange pas vraiment!

En attendant, j’ai suivi vos conseils sur ig: je ne conserve pas la pâte au frigo mais juste dans une boite bien hermétique … et pour le moment: tout va bien 🙂

Voici donc la recette:

  • 1 tasse de farine
  • ½ tasse de sel
  • 2 cuillères à café de bicarbonate de soude
  • 1 cuillère à café d’huile de tournesol
  • 1 tasse d’eau chaude

Dans une casserole: mélanger la farine, le sel et le bicarbonate, puis ajouter l’eau et l’huile en remuant.

Faire chauffer jusqu’à épaississement. Retirer du feu lorsque la pâte commence à se décoller. Puis laisser refroidir.

Lorsque la pâte a refroidi, pétrissez-la … et laissez votre petit bout la malaxer, l’apprivoiser.

Je vous avoue que je trouve avoir attendu un peu trop longtemps pour lui proposer cette activité! En faisant régulièrement de la cuisine ensemble, en le laissant mettre la main à la pâte et la pétrir régulièrement, je ne trouvais pas trop d’intérêt à la pâte à modeler … puis suite à ma formation Montessori, j’ai pensé que je me trompais … qu’on allait pouvoir une fois de plus apprendre en rigolant! Et Lino a complètement adhérer!

Une fois qu’il s’est bien amusé librement avec la pâte, je lui ai montré les modèles que j’ai téléchargé sur internet. Voici le lien:

http://sd-2.archive-host.com/membres/up/112709735418264631/Activites_pate_a_modeler.pdf

Il y a en beaucoup, j’ai commencé par les plus simples, j’en imprimerai d’autres plus tard, quand il aura acquis la façon de faire tout cela.

Quand il en a eu assez de faire ces fiches, il est resté sur cette activité mais je lui ai donné d’autres « instruments »: fourchettes pour faire des rayures, couteau pour couper (vous pouvez apprendre le mouvement de scie à votre petit), puis une petite roulette, une emporte pièce … bref il s’est régalé pendant tout l’après midi avec cette activité et il m’en redemande tous les jours depuis 🙂

J’imagine que la pate à modeler est proposé dans plusieurs écoles ou que vous même vous en avez déjà proposé à vos enfants … une fois qu’ils se sont amusés avec, pensez à leur proposer des fiches pour qu’ils s’entrainent à recopier le modèle … ça devient une véritable activité rigolote en plus 🙂

J’ai volontairement laissé la pâte de couleur blanchâtre pour suivre les conseils que j’ai appris lors de ma formation Montessori: ne travailler qu’une seule chose à la fois! Le but de notre activité est surtout de réussir à modeler pour recopier les modèles et non de travailler les couleurs. Si de votre côté vous préférez travailler les couleurs , il suffit de mettre quelques gouttes de colorant alimentaire dans votre pâte 🙂

Je reviens très vite ici pour vous parler de nos autres activités du moment ❤