Archives du mot-clé fausse couche

Deuil périnatal, fausse couche et solitude

Le 15 octobre, c’était la journée internationale de sensibilisation au deuil périnatal comme je vous en ai  déjà parlé ici . Quand tu as le malheur de passer par là une fois dans ta vie, c’est tous les jours que tu y penses, que tu te demandes comment aurait été ta vie si toutes ces petites personnes avaient vu le jour … Le manque s’estompe peut être avec le temps, mais ces questions ne s’effacent pas, au contraire …

Aujourd’hui 44 jours après ma dernière fausse couche, cette amertume est encore bien présente … elle est difficile à partager, difficile à faire comprendre ce qui la rend d’autant plus mauvaise!

Il n’ y pas un jour qui ne passe sans que je me projette, sans que je me demande comment serait notre vie si ce petit coeur avait continué de battre en moi. Je regarde Lino et je me demande comment il aurait réagi face à ce ventre qui aurait grossi. Et j’ai mal quand lui même se projette lors de nos lectures, et qu’il me demande qui le gardera lorsque j’irai à l’hôpital pour accoucher … (alors que je ne lui avais pas encore parlé de cette grossesse).

Il me comble énormément, la question n’est pas de savoir si nous serions mieux à 4 … mais j’aurai tellement voulu qu’il devienne le grand frère de ce petit être qui ne verra jamais le jour …

Faire une fausse couche c’est mettre un terme net au plus beau projet de vie. Malheureusement dans notre société il est habituel d’attendre la fin des 3 premiers mois de grossesse pour partager ce plus bel événement! pourquoi? je ne sais pas? … juste pour ne pas avoir à dire la vérité en cas de malheur? pourquoi?

Pourquoi en 2018 est il encore tabou de dire que l’on a fait une fausse couche? C’est une épreuve déjà tellement difficile à vivre qu’il faut en plus se la garder pour soi … je ne comprends pas …

Quoi que, si je pense à mes 3 premières fausses couches avant Lino, j’ai peut être la réponse! Lorsque j’ai vu apparaitre pour la première fois le 2eme petit trait rose, j’ai sagement décidé d’attendre la fin du premier trimestre afin d’en parler à mes copines de l’époque. Ma mère était la seule mise dans le secret. Malheureusement, je n’ai pas eu la chance de vivre entièrement ce premier trimestre de grossesse … mais vu que j’en avais pas parlé avant, c’était compliqué de revenir dessus après … Mes amies proches étaient soit enceintes, soit en attente de grossesse, je n’avais pas envie de leur gâcher leur plaisir.

Lors de ma deuxième grossesse, je l’ai annoncé à un cercle de personnes un peu plus grand, en profitant de l’occasion pour leur expliquer ce qui m’était arrivé 3 mois avant … malheureusement cette fois non plus, je n’ai pas vécu le premier trimestre en entier. Et lorsque j’ai annoncé à ces personnes cette fausse couche, je n’ai pas eu la réaction attendue.  Je me souviens encore de ma « meilleure » amie (de l’époque) qui m’a dit :  » 2 mois de grossesse, c’est rien, l’embryon est minuscule …. ça arrive souvent! » J’étais mal, malheureuse de vivre ce deuxième deuil et mal dans ma peau de me sentir incomprise. D’autres personnes très proches n’ayant quant à elles pas trouvé d’autres mots que : « la prochaine fois sera la bonne » … entendre ces mots est horrible pour une personne qui vient de perdre le petit bébé qu’elle s’imaginait déjà en train de gazouiller.

Bref, au fur et à mesure de mes fausses couches, je me suis construit une carapace, une bulle… et je me suis éloignée d’énormément de personnes que je croyais être mes amies. J’ai certainement ma part de responsabilité dans tout ça mais leurs réactions lors de ces moments si important pour moi font que maintenant ces personnes ne me manquent pas … et que je leur en veux encore un peu …

Je trouve cela dommage, triste que ce deuil périnatal soit aussi mal compris par la société, un peu comme s’il faisait peur aux gens?  … Je ne sais pas si toutes les femmes passant par là ressentent les même sentiments, besoins que moi, mais personnellement j’ai souffert du manque d’empathie, de compréhension, d’affection … de condoléance.

 

 

Une quatrième étoile …

IMG_0351.jpg

J’ai crée ce blog et mon compte instagram au tout début de ma grossesse de Lino. Ecrire ici et échanger avec vous sur Ig m’a aidé, après avoir fait 3 fausses couches,  à croire en ma grossesse et en la force de Lino pour s’accrocher dans mon ventre, venir au monde de la façon dont je l’avais rêvé (je vous l’avais raconté: ici) …  puis devenir le petit garçon plein de vie qu’il est maintenant. Ecrire est pour moi une thérapie, j’ai besoin de faire sortir des mots (mes maux), pour aller mieux.  C’est pourquoi j’ai ressenti le besoin de venir ici ce soir vous raconter un bout de ma petite vie …

Il y a quelques temps, j’ai appris qu’un nouveau petit être avait pris place dans mon ventre … et nous étions aux anges! Nous attendions la fin de la fameuse 15eme semaine d’aménorrhée pour l’annoncer à Lino mais j’étais persuadée que cette grossesse allait bien se passer, je prenais le même traitement que pour Lino, j’avais eu un rendez vous très positif chez mon interniste (aucun signe de poussée de lupus, si ce n’est une toute petite inflammation qui n’a inquiété personne) , mon taux de bêta HCG était très haut dès la première prise de sang, je n’avais pas beaucoup de signe de grossesse mais une nausée constante  … et je ne ressentais aucun stress, aucune crainte de perdre ce bébé : bref tous les paramètres étaient là pour me donner une fois de plus cette envie d’y croire.

J’attendais seulement d’avoir une belle et vraie échographie pour vous l’annoncer! … Malheureusement lors de ce rendez vous tant attendu, la première chose que m’a demandé le gynéco en me faisant l’écho, c’est  » vous avez saigné »? … oui j’avais saigné quelque jours avant cette écho, mais juste quelques pertes marrons qui ne m’avaient pas du tout inquiété, moi l’experte des fausses couches et des forums dédiés à ça! Je savais très bien que ça pouvait arriver et que tant que ce n’était pas du « vrai sang », il ne fallait pas s’alarmer. Ça m’était d’ailleurs arrivé deux fois pour Lino et la gynéco m’avait expliqué que c’était simplement du à mon col fragile … Sauf que là, assise sur la table d’auscultation, j’ai vu dans les yeux du gynéco que ce n’était pas rien … il a vérifié une fois de plus puis m’a annoncé : « je suis désolé, il n’y a plus de battement de coeur » …

Je me souviens encore de son visage lorsqu’il m’a dit ça et pour une fois il a trouvé les mots pour m’aider à surmonter cette nouvelle épreuve … je n’ai pas eu droit au fameux « ça arrive dans 30% des cas avant la fin de la 15eme SA » et je l’en remercie encore car je déteste cette phrase que j’avais déjà entendu 3 fois par mon précédent gynéco. A ce moment là, je n’avais pas envie d’entendre parler de statistique … sa compassion m’a aidé à encaisser, à terminer ce rendez vous … j’ai bien sur craqué une fois que j’étais dans la voiture. J’ai bien sur pas compris pourquoi ça m’arrivait une fois de plus à moi, à nous … puis j’ai très vite réalisé la chance immense que j’avais eu d’avoir Lino, ce petit garçon plein de vie, ce petit garçon doux qui me submerge d’amour tous les jours … j’ai ensuite mis du temps à digérer surtout qu’à la douleur mentale se rajoute très vite la douleur physique, je n’ai d’ailleurs toujours pas vraiment digéré mais cette fois je ne me suis pas lamentée sur mon sort car je reçois très souvent de nombreux messages de femmes qui n’arrivent pas à avoir de bébé, qui accumulent les fausses couches, qui sont dans l’incompréhension la plus totale alors pour elles aussi, j’ai pensé que je n’avais pas le droit d’en vouloir à la vie … mon rêve s’est déjà exaucé grâce à Lino; je dois peut être maintenant laisser s’exaucer les rêves des autres ?

 

 

 

 

 

La chance de devenir mère …

IMG_8045

J’ai commencé ce blog quelques temps après avoir démarré sur instagram et suite aux nombreux messages de femmes qui me remerciaient de leur donner espoir.

J’avoue que lorsque j’ai commencé à poster mes premières photos sur ig puis à écrire mes premières lignes ici, c’était dans un but personnel (égoïste?) : j’avais besoin d’écrire pour faire sortir ce que j’avais dans la tête: une sorte d’auto-thérapie peut être?  Publier sur Instagram et mon blog m’a donné la force … et l' »envie d’y croire » un peu plus chaque jour 🙂

Je reçois maintenant de nombreux messages de femmes qui ont réussi à devenir maman et qui me remercient de leur avoir transmis cette envie d’y croire … et encore beaucoup de messages de femmes qui sont dans l’attente, qui espèrent chaque mois … et qui je suis sûre pourront elles aussi goûter à ce bonheur un jour ❤ …lorsque je lis que Lino et sa joie de vivre ont donner à certaines l’envie d’y croire, cela me rend fière et me donne encore plus l’envie de continuer à écrire sur ce blog 🙂

Tomber enceinte, porter la vie reste (heureusement) pour la majorité des femmes quelque chose de naturel et de simple: la suite logique de leur amour … pour d’autres (comme moi), il aura fallu se battre pour découvrir ce plaisir si naturel.

Je crois que l’histoire commence pour toutes de la même façon: le deuxième petit trait rose qui fait généralement sauter au plafond 🙂 … Je me souviens de ce 2 mars 2015 et de ce deuxième petit trait qui nous avait à peine offert un léger sourire cette fois … C’était déjà la 4eme fois qu’on le voyait apparaître en l’espace d’un an, alors pour nous il ne signifiait plus grand chose 😦

Mais après en avoir voulu au monde entier, après avoir essayé de savoir à tout prix pourquoi, pourquoi nous, après avoir décidé de changer de gynéco et après avoir passé toute une batterie d’examens, j’étais persuadée que cette fois c’était « la bonne ». Alors je n’ai pas douté et j’ai eu envie de donner toute la force à mon bébé pour qu’il réussisse à s’accrocher. Je me souviens des paroles de ma gynéco dés la première écho « la poche est de taille normale et bien tonique » , puis 10 jours après nous avons pu voir son petit coeur battre … les échos ont été assez rapproché jusqu’au cap tant attendu des 15 SA.

J’ai appris ce jour là, que j’attendais un petit garçon et que tout allait bien! J’étais la plus heureuse! Mais malgré les bonnes nouvelles, je n’ai tout de même pas réussi à vivre une grossesse de rêve: je n’ai pas réussi à me projeter(j’ai acheté très tard les premieres petites tenues … de peur de nous porter malheur), j’ai vécu cette grossesse au jour le jour. Je sentais que mon bébé était fort, je sentais que c’était un battant … il nous l’a d’ailleurs montrer lorsque nous avons vu à 33 SA qu’il n’avait pratiquement plus de liquide amniotique, qu’il était en siège et qu’on était à 2 doigts de programmer une césarienne… j’ai eu droit aux piqures pour la maturation pulmonaire, au monito de contrôle tous les jours, à l’hospitalisation de jour … mais je me souviens pourtant avoir vécu ce dernier trimestre sereinement … lorsque j’ai passé les 36 SA, je savais que mon bébé pouvait arriver … je me souviens que nous en parlions souvent avec mon chéri, avec une jolie excitation; nous nous demandions quand il allait décider de pointer le bout de son nez … finalement il a décidé d’arriver à 39 SA de la plus belle des façons ❤

(celles qui ont envie de lire le récit de mon accouchement de reve c’est ici )

IMG_0055

Le début de ma grossesse miracle

image

Tout a commencé par ce léger petit trait rosé qui fait généralement sauter au plafond …mais qui a été seulement accueilli par un léger sourire à la maison cette fois !
Et oui « cette fois » … car ça fait déjà la 4eme qu’on le voit apparaître en l’espace d’1 an!!

Malheureusement les 3 précédentes fois ce sont terminées par des fausses couches.
Malgré tout on décide d’y croire à fond et d’aider de notre mieux ce petit bébé à bien s’accrocher.
J’ai changé de gyneco, j’ai fait des examens poussés pour essayer de trouver la cause de ces « fausses couches précoces  » et je suis maintenant un traitement pour que bébé s’accroche : alors on y croit!

image

Le test urinaire est trés vite confirmé par la prise de sang avec un joli taux!

Blog-grossesse-echographie-fausse-couche

Le rendez-vous chez le gynécologue est tôt (5SA+1) mais il nous aide à y croire la poche est de « taille normale et bien tonique » et la vésicule vitelline est bien là! …on pousse un gros OUF!

Je ne sais pas pourquoi mais pour la première fois je n’ai pas peur de faire une fausse couche?! J’ai confiance en moi et en mon bébé.

J’y crois et laisse défiler les jours…

9 jours aprés (6SA +2) le petit coeur de mon bébé bat déjà! c’est le début de la grande aventure !!!

123soleil-blog-grossesse-echographie-

10SA : voilà maintenant 2 mois que bébé s’est installé, il mesure maintenant 4cm environ …c’est tout petit et déjà tellement grand pour nous! Tout va pour le mieux mais on ne se projette toujours pas …on attend que bébé grandisse et on aimerait bien faire avancer le temps pour dépasser le 1er cap des 15 SA tant attendues après lesquelles les risques de « fausses couches précoces » sont beaucoup plus faibles.